Le vote de la loi à l'AN retardé d'une semaine..

Publié le par L'appel des treize

pour fêter cette petite victoire, une citation de Victor Hugo que l'on a entendu hier à l'Assemblée Nationale:

« Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient — le mot n’est pas trop vaste — au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous. »

Les débats hiers étaient désolants, avec des opposants à l'Hadopi qui sont arrivés avec des amendements pondérés, travaillés et très argumentés, qui ont eu, 11 heures durant !, pour seule réponse du rapporteur du texte et de la ministre: "Avis défavorable". Tels des automates, refusant d'entendre la raison, même sur les nombreux points soulevés par les députés opposés au texte qui ne remettaient pas en cause son esprit mais rendaient son application plus réaliste (!), ils ont opposé leur mutisme aux efforts des quelques uns qui, seuls, avaient fait leur travail.

Une honte pour la démocratie, mais un vrai bonheur pour les oreilles. Les opposants à l'Hadopi auront cité Ronsard, Hugo, Hegel, Cervantes... et quasimment toujours de façon appropriée. Une leçon. 

Publié dans Les artistes engagés

Commenter cet article

Abel 14/05/2009 14:24

Finalement elle est passée, mais je ne suis pas certain que le monde artistique s'en remette: il y a eu un vrai divorce entre artistes et population à ce sujet.Je laisse  mon article en lien, car au niveau informatique ça va être la chienlit comme dirait de Gaule..: Hadopi ou la Chine à domicilehttp://le.tonneau.de.diogene.over-blog.com/article-31401050.html

Marie 13/05/2009 12:58

Ca y est ! Ils ont gagné, Big Brother va pouvoir surveiller et réprimer les internautes. Car en fait, pour moi, c'est l'unique enjeu de cette loi. Il y a trop d'argent en jeu pour que le pouvoir et surtout les grands lobbies financiers ne verrouillent pas cet espace de liberté.Je suis triste car je ne suis pas une fan du téléchargement mais je pense que plus l'ensemble de la population a accès a la culture, plus ses envies d'achats de produits culturels augmentent. Je découvre de nombreux groupes musicaux en surfant sur les sites et en écoutant les avis des internautes et également des extraits musicaux. Cela me rappelle les débats stériles venant des groupes d'édition pour interdire l'accès gratuit aux bibliothèques municipales. En ce qui me concerne, je suis une accro de lecture grâce à la découverte des livres en bibliothèque durant mon enfance. A l'époque, mes parents n'avaient pas une tune pour payer des livres. Mais maintenant je travaille et je peux donc m'offrir ce plaisir. C'est la même chose pour les autres arts. Si on ne donne pas aux gens l'opportunité de les découvrir, leur goût ne se développera pas et ils ne seront de toutes façons pas acheteurs...Et enfin, je suis bien d'accord avec votre association sur la nécessité de mettre en place des procédures pour que la rémunération des artistes soit assurée.Pour ma part, j'ai bien envie de boycotter les artistes qui ont soutenu cette loi. Ils ne correspondent plus à l'esprit bohème des créatifs, souce de progrès pour notre civilisation. Ils sont devenus de petits commerçants... Les commerçants ne m'ont jamais fait rêver.

kiki 12/05/2009 12:54

J'adore ce bloghttp://streamingplus.over-blog.com/

Joël 07/05/2009 10:36

Malheureusement, j'ai bien peur que ces opposants à Hadopi ne soient les seuls à bien comprendre toutes ces citations!Je vous signale au passage un portail sur lequel je suis tombé hier: Hadopithèque. il semble que ce portail regroupe une énorme quantité d'information, et que celle ci soit "classé" en contre, favorable ou objectif. voilà l'adresse : http://hadopi.magellan-project.com

Coeur Noir 07/05/2009 09:51

Et vous, pas de lettre ouverte à Martine Aubry ? Plus sérieusement l'Europe vient encore de rappeler qu'elle est contre le principe d'une autorité NON judiciaire qui couperait l'accès à Internet, qu'elle considère comme un droit fondamental. voir par là >>Ce n'est qu'une demi-victoire, car c'est loin d'être le seul problème posé par cette loi : où y est-il question de création, de mieux rémunérer les artistes, ou de faire revenir des spectateurs dans les salles ???