Fini, vous avez dit fini?

Publié le par L'appel des treize

Et bien voilà, la loi a été adoptée par le parlement. Un passage express au Sénat, et s'en est fini. Fini de tous nos efforts, de cette exceptionnelle mobilisation, de la belle opposition des députés socialistes, verts et communistes, finis aussi les médias, les pressions du gouvernement, de la corporation, des proches.

Face aux forces de l'immobilisme, nous avons tout donné. Face à la crasse ignorance, crasse arrogance, nous avons tout tenté. Offres de dialogue, tentatives d'ouverture, poing sur la table, guerre par médias interposés, propositions alternatives radicales, amendements correctifs, aucun effort n'a été épargné pour tenter de sauver le parlement, le gouvernement d'un naufrage supplémentaire. Nous n'avons pas été écoutés.

Alors faut-il désespérer, faut-il déjà oublier?

Non, non, non. Car le conseil constitutionnel pourrait bien donner la surprise. Et si nos vieux sages ont la vue courte, ce sera à la Cour de justice des communautés européennes, puis aux tribunaux nationaux de porter l'estocade sur ce projet de loi inapplicable et inconstitutionnel. Plus surprenant, les sociétés d'auteur comme la Sacem ou l'Adami et les grandes multinationales, comme Orange, ont déjà commencer à planter des poignards dans le dos d'Albanel, dénonçant une loi inutile, dangereuse, exigeant de nouvelles réformes... 

On le voit, tout ceux qu'hier défendaient sans mesure la loi s'empressent aujourd'hui déjà de l'enterrer, comme s'il s'agissait déjà de se situer au centre du débat de la prochaine loi, de peser au mieux sur celle-ci.

C'est pour contrer ces tentatives de lobbying effrénées, mais aussi pour réussir là où les accords Olivennes ont échoué, que nous avons décidé de nous engager dans la plateforme "Création Public Internet", et d'organiser ces assises du numérique et de la création que tous les acteurs de la culture et du net réclament depuis des années.

Au jour d'aujourd'hui, il n'y a qu'un constat qui fasse l'unanimité: l'Hadopi est déjà fini. C'est en partant de ce constat qu'il faudra tendre la main aux adversaires d'hier, initier un dialogue devenu impossible avec le tumulte des dernières semainesi, et commencer à réfléchir à des alternatives qui, enfin, prennent en compte de façon juste et équitable les intérêts de tous, artistes comme citoyens.

      Juan Paulo Branco Lopez

Publié dans Les artistes engagés

Commenter cet article

Thibault 16/05/2009 16:28

A lire dans le monde, un très bel article sur l'Hadopi par Eric Rochant. Pour une fois, tout y est : c'est bien documenté, ça ne fait pas l'amalgame entre piratage et défaut de protection de la ligne, ça perçoit les dérives et les enjeux... C'est vraiment un grand plaisir de lire de l'intelligence de temps en temps!Il me semble qu'Eric Rochant n'est pas dans les signataires de l'appel Pour le Cinéma? Peut-être faudrait-il l'approcher...http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/05/12/il-est-stupide-d-aller-contre-internet-avec-baton-casque-et-ciseaux-par-eric-rochant_1192030_3232.html 

Abel 15/05/2009 11:09

Je suis d'accord avec le dernier commentaire: un artiste ne vit pas que d'amour et d'eau fraiche, nous l'admettons tous je pense: mais que va rapporter la loi Hadopi? Un logiciel espion labellisé microsoft obligatoire (merci pour le coup de pouce au logiciel libre), des peines collectives, une usine à gaz qui va coûter une fortune, et pas un sou pour les artistes: ils n'ont pas le sentiment d'avoir été un peu manipulé ces braves gens? Ca ressemble plus à une loi anti terroriste qu'à une protection des droits d'auteur, mais bon je pense qu'à la 5000 eme condamnation abusive (si tant est qu'il y en ait une tant les problèmes techniques sont nombreux) le gouvernement sera bien obligé de faire très discrètement machine arrière. Sans parler des cas d'école qui ne pourraient être gérés que par une jurisprendence: posons un cadre dans une entreprise qui télécharge illégalement dans une entreprise: comme c'est l'adresse Ip de celle-ci qui apparaît sur le net, (ça s'appelle un proxy) va t-on suspendre la connexion de l'entreprise? On pourrait régler ça par une jurisprudence, problème, pour qu'il y ait jurisprudence, il faut un procès : oups!  (pour l'apect technique coimme d'habitude je redonne le lien vers mon blog où j'ai tenté de faire une synthèse)http://le.tonneau.de.diogene.over-blog.com/article-31401050.html

Abraham Soubrie 15/05/2009 10:00

Bonjour,En tant que photographe : je ne sais pas si cette loi va vraiment servir à quelque chose et si elle va faire long feu ... Meix les artistes sur Internet ou ailleurs ne vivent pas que d'amour et d'eau fraîche ... !A+ de vous relire , Sincère Salutations ... Abraham  Soubrie

Marie 15/05/2009 08:37

Je suis heureuse que vous ne baissiez pas les bras. Merci pour votre persévérance et bravo ! Vous véhiculez les vraies valeurs de l'art.

HellyosDream 15/05/2009 08:31

Bien le bonjour les Ami(e)s Créateur Artisan de l'Art LibreJe suis de tout coeur avec vousje me suis permit de recopier cette page sur mon blogJe suis au artiste créateur de musique sous licence libre ...Nous devons tous nous unir et dire au monde que  l'Art est pas une propriété des haute finances , mais que  l'Art et la culture est un patrimoine universelle qui est libre...Cette loi est déjà morte, mais le reste qui vas suivre comme l'OPSI , est vraiment a craindre....Portez vous bienL'Art est Résistance